Scroll to Top
Exit les crevettes d’élevage, place au “sauvage”. Novae travaille désormais avec une petite flottille de Patagonie qui pêche en pleine mer de merveilleuses crevettes sauvages.
  • img1

    A la recherche du crabe

     

    C’est en cherchant du crabe que Serge Nordman, genevois d’origine, tombe sur ces fameuses crevettes au goût légèrement sucré. Il en discute avec Novae, qui est aussi à la recherche d’une alternative aux filières asiatiques d’élevage. En 2013, Food Partners rachète l’usine de Puerto Madryn ou s’affairent 70 personnes.

  • img1

    Une petite flottille

     

    Les bateaux partent à 6h de Rawson, en Patagonie. Le système de pêche préserve les autres crustacés des fonds marins. Le soir même, une fois à terre, elles sont lavées, décortiquées et conditionnées, elles subissent une simple congélation avant de prendre la route pour la Suisse.

  • img1

    Friends of the sea

     

    Seuls 85 bateaux en tout ont le droit de pêcher d’octobre à mars pour préserver les fonds et permettre le bon déroulement des phases de croissance et de reproduction. Ce crustacé présente toutes les qualités requises pour obtenir ce label.

  • img1

    Novae fait le déplacement

     

    C’est en octobre 2014, que Frédéric Vesin, gérant de l’un de nos restaurants, et Stéphane Grégoire, directeur adjoint de Novae, ont pu visiter cette filière. Ils sont revenus impressionnés par cette capture durable. Plus de 40 tonnes de crevettes par an sont dégustées dans les restaurants Novae, remplaçant à 100% les crevettes d’élevage.